Articles

Etudes psychologiques en cours sur le confinement

L'état de confinement de toute la population en France est inédite dans notre histoire. Les références historiques désignent des quarantaines partielles de population comme celle de Vannes en 1955 lors de l'épidémie de variole ou celle de Marseille en  1720 lors de l'épidémie de peste. Jamais en France il n'y eu pareil confinement à cette échelle,  pas même lors de l'épidémie de grippe espagnole qui fit entre 20 et 50 millions de morts dans le monde entre 1918 et 1919. 

Confinement : une étude pour en évaluer les effets psychologiquesSource: www.inserm.fr
Anne Giersch, directrice du laboratoire Neuropsychologie cognitive et physiopathologie de la schizophrénie à Strasbourg, mène une étude auprès de volontaires sains, pour explorer les effets positifs et négatifs du confinement, notamment sur la santé mentale.

Le confinement est une expérience exceptionnelle qui n’est pas sans conséquences. Plusieurs facteurs peuvent changer la façon dont nous réagissons à cette situat…

Confinement et syndromes de stress post-traumatique

Source : France cultureExtraits de l’article :https://www.franceculture.fr/societe/covid-19-un-confinement-de-plus-de-dix-jours-peut-causer-des-syndromes-de-stress-post-traumatiqueCovid-19 : "Un confinement de plus de dix jours peut causer des syndromes de stress post-traumatique"23/03/2020(MIS À JOUR À 06:30) Par Diane Berger 
Catherine Tourette-Turgis, directrice du master en éducation thérapeutique à Sorbonne-Université, a analysé les études qui existent sur le confinement. Les conséquences psychologiques sont nombreuses et doivent être anticipées.
A quoi s'attendre quand on demande à la population d'un pays entier de rester chez elle pendant dix jours, deux semaines, un mois, voire plus ? Quels vont être les effets sur son mental, sur ses comportements sociaux ? Et quelles pathologies pourraient apparaître ?  
Alors qu'un milliard de personnes sont désormais confinées dans le monde, depuis ce mardi 17 mars en France, pour limiter la propagation du Covid-19, la …

Effets psychologiques du confinement

Source France info - 22 mars 2020 Coronavirus : quels sont les risques du confinement pour notre santé mentale ?
Troubles de l'humeur, pensées suicidaires, symptômes post-traumatiques... Des chercheurs alertent sur les "coûts psychologiques" potentiels des mesures extrêmes prises pour stopper l'épidémie.
Gare aux dommages collatéraux. En pleine pandémie de Covid-19, une équipe de chercheurs britanniques met en garde les dirigeants de la planète face aux effets potentiellement "dramatiques" des mesures de confinement imposées pour freiner le coronavirus.  En France, un tel dispositif est entré en vigueur, mardi 17 mars, à midi, pour une durée minimale de quinze jours – sans que la question de l'impact sur la santé mentale ait été clairement posée. Dans un article publié le 14 mars dans la revue scientifique The Lancet (en anglais), sept membres du département de psychologie du King's College de Londres préviennent : "Les bénéfices potentiels d'un…

Hyperconnection responsable de burn out

Image
Un très bon documentaire produit par ARTE rassemble un certain nombre de recherches en neuropsychologie, en psychologie, en sociologie...montrant que l'hyperconnection met le cerveau en "surcharge".
Quelques données clés:

A- Le bombardement de signaux crée la surcharge mentale
La gestion des mails : 30% de l’activité d’un salarié, 1er responsable du stress au travail 
Plus le nombre de mails augmente, plus il y a une baisse de l’efficacité
Un cadre sur deux n’ose pas (injonction implicite) se déconnecter le soir chez lui (intrusion/divorce…)

B- L'attention devant les écrans chute à 45 secondes

En 2004 la durée moyenne de l'attention devant un écran d'ordi: 3 mn
En 2012: 1,15 mn
Les générations de l'an 2000: 45 secondes


https://www.youtube.com/watch?v=-GjFrjvFQ6M

La démocratie des crédules!

Image
Pourquoi les mythes du complot envahissent-ils l'esprit de nos contemporains ? Pourquoi se méfie-t-on toujours des hommes de sciences ? Comment, d'une façon générale, des faits imaginaires ou inventés, voire franchement mensongers, arrivent-ils à se diffuser, à emporter l'adhésion des publics, à infléchir les décisions des politiques, en bref, à façonner une partie du monde dans lequel nous vivons ? N'était-il pourtant pas raisonnable d'espérer qu'avec la libre circulation de l'information et l'augmentation du niveau d'étude, les sociétés démocratiques tendraient vers une forme de sagesse collective ? Voici quelques thèmes que la conférence abordera." "Conférence de l'Institut d'Astrophysique de Paris présentée par Gérald Bronner, professeur de Sociologie Université Paris-Diderot (Paris 7) le 1er avril 2014. https://www.youtube.com/watch?v=BluNgzYHnMQ




Décès de Serge Moscovici

Image
Hommage à Serge Moscovici que j'ai eu la chance d'avoir comme professeur et directeur de mémoire.

Le psychologue et enseignant Serge Moscovici, mort ce week-end à 89 ans, était «un grand érudit» et «un homme libre», qui occupait «une place à part» dans les sciences sociales, a salué lundi le Premier ministre Manuel Valls. «Avec la mort de Serge Moscovici, un grand érudit, un homme libre nous a quittés», écrit le chef du gouvernement dans un communiqué, dans lequel il rend hommage à son œuvre «exceptionnelle» à la «très grande renommée internationale». «Serge Moscovici fut l’un des fondateurs de la psychologie sociale. Tout au long de sa carrière à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales, ndlr), il a formé des générations d’étudiants et de chercheurs, créant ainsi une école européenne dont la qualité est unanimement saluée», ajoute Manuel Valls.
«L’originalité de sa pensée, la recherche permanente de nouveaux sujets d’étude, la vision profondément humaniste de Serge…